La mère qui murmurait à l’oreille des enfants

Le soir venu, vient le temps de l’endormissement. Les yeux rougis, les petits vous soutiennent que la fatigue ne les a pas gagnés. Ils ne se sont rendus compte de rien mais de votre côté vous avez déjà entamé les rituels du soir…

La chaleur de leur bain les avait déjà enveloppés de douceur puis les petits jeux de société ou les activités graphiques ont suivi.

Dans un petit coin volontairement douillet, tout le monde se retrouve autour du conteur du soir. Une petite veilleuse guette les premiers mots du livre. Le ton se fait alors fait plus doux, les gestes plus lents. Recroquevillés sur vos genoux, leur petit corps se laisse aller pour porter une écoute attentive à l’histoire qui se déroule sous leurs yeux.

Ils sont cueillis, vous pouvez les coucher… après l’ultime câlin, plus long et plus intense que les autres, au creux de leurs petites oreilles, vous leur murmurez des mots doux… ce qu’ils feront demain ou dans 10 ans, leurs rêves les plus profonds… mais l’important ce n’est pas les mots mais la forme que vous leur donnez. Dans cette intimité obscure, les phrases que vous prononcez n’ont plus la même valeur. A demi-mot, elles font de l’ombre aux cauchemars de la nuit. Elles défient les inquiétudes. Elles terrifient les monstres imaginaires.

Ça y est, ils sont prêts, ils s’endorment…

Une réflexion sur “La mère qui murmurait à l’oreille des enfants

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s